« Petite biographie de Claire en 10 épisodes (épisode 7) »

7. Regarde… considère… contemple

Une pauvreté aussi radicale ne peut être que le fruit d’une prière incessante. Ses sœurs en témoignent lors de son procès de canonisation : « Elle était toute embrasée de l’amour de Dieu, adonnée à l’oraison et à la contemplation continuelles. » Et, dit Th. De Celano, « elle prolongeait sa contemplation très tard dans la nuit et veillait en prière ».

C’est là qu’elle trouve la force unifiante de toute sa vie. A travers l’épaisseur du temps, jour après jour, son cœur et son esprit se transforment pour accueillir le don inouï de Dieu en Jésus qui s’est fait pauvre pour nous en ce monde. « O bienheureuse pauvreté que le Seigneur Jésus-Christ, qui régissait et régit le ciel et la terre, a daigné par-dessus tout embrasser ! » En femme amoureuse, Claire ne se lasse pas de contempler son Bien-Aimé dans l’expression le plus extrême de son amour pour nous : « Regarde, considère, contemple… le plus beau des fils des hommes, qui s’est fait le plus vil des hommes », écrit-t-elle à son amie et fidèle disciple, Agnès de Prague. « Il est la splendeur de la gloire éternelle et le miroir sans tache. Ce miroir, regarde-le chaque jour et mire sans cesse en lui ta face. » « Aime totalement Celui qui par amour pour toi s’est donné tout entier ». « Pose ton esprit… pose ton âme… pose ton cœur… et transforme-toi tout entière par cette contemplation. »

Cet émerveillement, Claire le traduit encore à travers la hâte, l’impatience amoureuse, l’urgence extrême qu’elle éprouve de rejoindre le Christ sur son chemin d’humble amour et d’y rester fidèle jusqu’au bout : « Ce que tu tiens, tiens-le, ce que tu fais, fais-le et ne le lâche pas, mais d’une course rapide, d’un pas léger, sans entraves aux pieds, pour que tes pas ne ramassent même pas la poussière. Sûre, joyeuse et allègre, marche sur le chemin de la béatitude. »